Ensemble, prenons soin de l'eau - Agence de l'eau Loire-Bretagne

Les aides aux agriculteurs pour limiter les impacts sur l'eau   01/03/2017

Pour limiter les impacts de l'agriculture sur l'eau, l'agence de l'eau Loire-Bretagne aide financièrement les agriculteurs et accompagne l'évolution des pratiques agricoles. Découvrez comment ?

VISUEL_ActionsAgricolesPSE_L560.png

1 - Conseiller les agriculteurs pour mieux intégrer la protection de l'eau dans leurs pratiques

L'agence de l'eau finance les conseils individuels et collectifs aux agriculteurs pour les aider à faire évoluer leurs pratiques culturales. En moyenne, chaque année sont financés : 2 600 diagnostics d'exploitations et de leurs impacts sur l'eau,1 500 accompagnements individuels pour mettre en oeuvre les préconisations des diagnostics et de nombreuses opérations de conseils collectifs sous forme de réunions, visites d'exploitations...

2 - Protéger les captages d'eau potable par un usage adapté des terres agricoles

Dans les aires d'alimentation des captages prioritaires, l'agence de l'eau aide les collectivités  à adapter l'usage des terres aux enjeux environnementaux : études foncières, acquisition et mise en gestion des parcelles acquises.

3 - Favoriser les économies d'eau pour satisfaire tous les besoins

Dans certains secteurs, l'eau disponible n'est pas suffisante pour satisfaire, tout le temps, le bon fonctionnement des milieux aquatiques et l'ensemble des besoins en eau.

L'agence de l'eau encourage les agriculteurs à réaliser des économies d'eau en irrigant au plus près des besoins des plantes et en mettant en place des cultures moins exigeantes en eau. L'agence de l'eau aide les agriculteurs  réduire leurs prélècements dans le milieu naturel en été en créant des réserves de substitution. Elles permettent de stocker l'eau disponible en hiver  pour satisfaire les besoins en irrigation.

4 - Gérer les effluents d'élevage

Les effluents d’élevage (lisiers, fumiers, fientes) peuvent être une source de pollution de l’eau. L’agence de l’eau finance la mise aux normes des installations de stockage des effluents, pour éviter les écoulements directs dans le milieu naturel et permettre leur stockage pendant l’hiver. De 1994 à 2007, les aides apportées ont permis à 32 200 élevages de réaliser des travaux de mise aux normes.

Les effluents sont valorisés comme engrais pour fertiliser les cultures. Leur épandage doit respecter l’équilibre avec les besoins des plantes. L’agence de l'eau Loire-Bretagne aide les éleveurs à réaliser des travaux (installations de compostage ou de séchage des fumiers…) permettant de transporter et d’épandre les effluents en excédent en dehors des zones d’élevage.

5 - Financer les équipements pour réduire les pollutions

L'agence de l'eau  aide les agriculteurs à acquérir des équipements pour mieux épandre les engrais et les produits phytosanitaires. Il s'agit, par exemple, de matériels alternatifs à l'usage des herbicides (bineuse, herse, étrille, roue rotative...) et les équipements spécifiques du pulvérisateur. Les investissements portent également sur l’aménagement des plates-formes de remplissage et de lavage du pulvérisateur pour limiter les risques de pollution.

6 - Aménager les parcelles pour réduire les transferts de pollution dans l'eau

L'agence de l'eau aide les agriculteurs à  aménager leurs parcelles pour intercepter les substances polluantes avant leur tranfert par ruissellement dans les rivières. La mise en place de plans bocagers permet de réaliser l’inventaire des haies, de prévoir leur entretien et de décider s'il faut en replanter. La mise en place de zones tampons (surfaces en herbe) permet d’atténuer les effets des pollutions.

7 - Limiter l'apport d'engrais, diminuer les prélèvements d'eau pour l'irrigation, préserver les zones humides

L'agence de l'eau aide financièrement les agriculteurs qui cherchent à  faire évoluer leurs pratiques culturales. Elle aide à la conversion à l'agriculture biologique. De 2007 à 2013, 4 600 exploitations se sont engagées. 3 600 hectares ont été maintenus ou convertis en agriculture biologique. 5 300 hectares de prairies ont été créés. L'utilisation d'engrais et de produits phytosanitaires a été réduite sur 62 300 hectares de grandes cultures et 70 300 hectares de prairies.

8 - Valoriser les productions favorables sur l'eau

L'agence finance des études et des investissements pour favoriser le développement de cultures qui ont de faibles besoins en eau, en engrais, et en produits phytosanitaires. Par exemple, elle a aidé une coopérative agricole à adapter deux moissonneuses à la récolte du chanvre. Ainsi, la paille est récoltée pour l'isolation des maisons, et les graines pour être commercialisées en oisellerie ou en cosmétique.

L'agriculture en Loire-Bretagne

150 000 exploitations agricoles

10 millions d'hectares de surface agricole utile, soit 67 % du bassin

Plus 25% en 10 ans pour la taille des exploitations

5 000 exploitations en moins chaque année.

3 000 hectares par an partent vers d'autres usages.

Le saviez-vous ?

Pour trouver toute l'information sur les aides pour préserver l'eau en agriculture, rendez-vous sur le site "Aides et redevances" de l'agence de l'eau Loire-Bretagne, rubrique agriculture