Ensemble, prenons soin de l'eau - Agence de l'eau Loire-Bretagne

Glossaire A

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Agence de l'eau

Établissement public de l’État, l’agence de l’eau a pour mission de contribuer à améliorer la gestion des ressources en eau et à protéger les milieux aquatiques à l’échelle de leur bassin. Ses ressources proviennent de la perception de redevances provenant de l’ensemble des utilisateurs de l’eau sur les prélèvements et la pollution des eaux. L’agence de l’eau apporte des aides financières aux actions d’intérêt commun.

Aire d’alimentation de captage

L’aire d’alimentation du captage correspond à l’ensemble des surfaces sur lesquelles l’eau s’infiltre ou ruisselle avant d’alimenter le captage d’eau potable. Sur cette aire, l’eau draine les pollutions et les transporte jusqu’au captage. Plus vaste que le périmètre de protection de captage qui permet de prévenir les pollutions directes, c’est le territoire sur lequel il faut agir pour réduire les pollutions diffuses.

Aires de besoins – aires candidates

Les aires de besoins sont les rivières présentant une faible quantité ou diversité biologique et qui ont besoin d’être réensemencées.A l’inverse, les aires candidates sont les rivières présentant une quantité et une diversité biologique importantes (poissons, invertébrés, algues). Elles peuvent servir à réensemencer les aires de besoins.L’identification des réservoirs biologiques repose notamment sur la délimitation d’aires candidates et d’aires de besoins.

Algues phytoplanctoniques

Ce sont les algues microscopiques en suspension dans l’eau. Nourries par les rejets de nitrates et de phosphore, elles peuvent être présentes en large excès dans les eaux douces ou littorales. Elles provoquent alors des phénomènes de dégradation de la qualité de l'eau.

Algue verte

Elles désignent l’ensemble des algues contenant de la chlorophylle, ce qui leur confère une couleur verte.On parle souvent des algues vertes et en particulier des ulves, ou laitue de mer, car elles sont responsables des marées vertes sur les côtes bretonnes et vendéennes.Naturellement présentes en milieu marin, elles prolifèrent lorsque les apports en éléments minéraux comme les nitrates sont en excès. Ces nitrates sont entraînés par le ruissellement de l’eau sur les territoires puis dans les fleuves côtiers. Ils agissent dans le milieu marin comme un engrais favorable au développement incontrôlé des algues.Lorsqu’elles sont échouées depuis plusieurs jours en grande quantité, leur décomposition génère un gaz appelé hydrogène sulfuré hautement toxique pour les êtres vivants.Le phénomène des marées vertes a des conséquences importantes sur le tourisme, la santé publique, les activités telles que la pêche ou la conchyliculture et l’équilibre naturel du milieu. Pour lutter contre les marées vertes, il faut réduire très fortement les apports d’azote à la source. 

Alimentation et eau potable

Ensemble des équipements, des services et des actions qui permettent, en partant d’une eau brute, de produire une eau conforme aux normes de potabilité en vigueur, distribuée ensuite aux consommateurs. On considère 4 étapes distinctes dans cette alimentation :prélèvement,captages,traitement pour potabiliser l’eau,adduction (transport et stockage)distribution au consommateur.

Altération d’un milieu aquatique

Modification de l’état d’un milieu aquatique ou d’un hydrosystème, allant dans le sens d’une dégradation. Les altérations se définissent par leur nature (physique, ionique, organique, toxique, bactériologique,...) et leur effet (eutrophisation, asphyxie, empoisonnement, modification des peuplements...).Le plus souvent ces altérations sont anthropiques (c’est-à-dire dues aux activités humaines), mais elles peuvent aussi être d’origine naturelle.

Aménagement

Intervention sur les milieux naturels ou modifiés pour privilégier généralement un usage (épis pour la navigation, levées contre les crues…).

Annexes hydrauliques

Bras secondaires, bras morts, marais, prairies inondables accompagnent souvent nos rivières. Appelés plus globalement annexes hydrauliques, elles contribuent à leur richesse écologique. Elles abritent en effet une flore d’une grande diversité et sont également des sites de reproduction indispensables pour certaines espèces animales.

Aquifères libres

Nappes d’eau souterraine en contact avec la surface alimentées directement par les eaux de pluie. Par opposition aux aquifères dits captifs qui sont séparés de la surface par une couche géologique imperméable.

Artificialisation des cours d’eau

On entend par artificialisation des cours d’eau les modifications physiques des milieux aquatiques (aménagement des berges, chenalisation, recalibrages…) ou du régime des cours d’eau (dérivations, écluses, barrages prélèvements, soutiens d’étiage…). Réalisés pour faciliter les activités humaines, ces aménagements réduisent les capacités d’auto-défense des cours d’eau et perturbent les habitats et les conditions de reproduction et de circulation de nombreuses espèces.

Assainissement autonome

L’assainissement autonome également appelé assainissement individuel ou non collectif consiste à traiter les eaux usées d’une habitation individuelle sur son terrain.Parfois, il regroupe le traitement des eaux usées de quelques habitations voisines sur un même terrain privé.

Assainissement collectif

Mode d’assainissement constitué par un réseau public de collecte et de transport des eaux usées (les égouts) vers un ouvrage d’épuration. Les eaux usées sont épurées dans le milieu naturel.

Auto-épuration

Ensemble des processus biologiques, chimiques ou physiques permettant à un écosystème (rivière, lacs, mer et océan...) de transformer lui-même les substances le plus souvent organiques qu’il produit ou qui lui sont apportées de l’extérieur. Les organismes vivant dans les milieux aquatiques jouent dans ce processus un rôle important (bactéries, protozoaires, algues, poissons...).L’auto-épuration est limitée : si les rejets concentrés de matières organiques dépassent un certain seuil, la capacité d’auto-épuration naturelle est dépassée et la pollution persiste.Par ailleurs, la présence de substances toxiques peut inhiber le phénomène d’auto-épuration.

Autorité compétente

Instance responsable de la mise en œuvre de la directive cadre sur l’eau à l’échelle du district. En France, il s’agit des préfets coordonnateurs de bassin et, pour la Corse, de la collectivité territoriale de Corse.

Une modification ?

N'hésitez pas à faire des remarques...